Accueil du site IHMC

Accueil > Le Laboratoire > Les membres > Membres associé·e·s > DOSQUET Émilie

Partager cette page :

DOSQUET Émilie

Parcours

Maîtresse de conférences à l’université de Cergy-Pontoise en septembre 2019.

ATER, Université de Strasbourg (2018-19)

ATER, Université de Nantes (2017-18)

Thèse

Docteure à l’IHMC, sa thèse portait sur« Le feu et l’encre : la “désolation du Palatinat”. Guerre et information politique dans l’Europe de Louis XIV (Angleterre – France – Provinces-Unies – Saint-Empire) » et a été soutenue le 25 novembre 2017.

Prix de thèse Schneider & Arconati Visconti (Lettres et Sciences humaines) 2018 de la Chancellerie des Universités de Paris.

Boursière de la Chancellerie des Universités de Paris à la Maison française d’Oxford : Academic visitor, Faculty of History et Associate member of the Middle Common Room), New College, University of Oxford (2016-17)

Boursière de la Fondation Thiers (2013-14)

Projet de recherche en cours

Le monde atlantique de l’arme à feu. Des côtes européennes à l’Amérique du Nord-Est : produits, acteurs, circulations, et usages (XVIIe-XVIIIe siècles)

Au carrefour de l’histoire atlantique, l’histoire coloniale et impériale, de l’histoire de la guerre et du militaire, et de l’histoire matérielle, mon nouveau projet de recherche prend l’arme à feu comme observatoire du monde atlantique, de ses évolutions sociales, économiques, politiques, coloniales, impériales et culturelles, de la mise en place des premières colonies européennes de l’Amérique du Nord-Est à la guerre de Pontiac (1763-1766). Il s’agit de saisir les contours d’un monde atlantique de l’arme à feu, en suivant cet objet, dans sa pluralité, de ses réseaux de production à ses modes de consommation, aux pratiques et aux représentations qui l’investissent, tout en passant par ses modalités de circulation, ses marchés légaux comme illégaux. De la double interrogation sur les contours du monde atlantique que les armes à feu dessinent et sur leur rôle de facteur structurant de ce monde découle en particulier la question de savoir dans quelle mesure et selon quelles modalités la violence est elle-même une composante structurante du monde atlantique.

 

Publié le 28 novembre 2018, mis a jour le lundi 27 septembre 2021

Version imprimable de cet article Version imprimable